Même pas mal ! un blog d’Anne-Sophie Novel sur alternatives.blog.lemonde.fr

 Le_Monde_magazine_2009_logo

…Mon bureau, d’où je travaille quotidiennement depuis cinq ans, est en zone rouge. C’est bien simple, l’Esi 24 distribué par EPE Conseil s’affole, émet un bruit stressant que seuls la box, le téléphone mobile, le téléphone sans fil et les divers branchements électriques qui m’entourent (ordinateur, imprimante, lampes, etc.) semblent expliquer – il n’y a ni ligne à haute tension ni antenne relais dans mon quartier.

Dans la chambre de ma fille, ouf, c’est vert. Mais à côté de mon lit c’est pas jojo et le reste de l’appart est une orange. Mon papa, à qui j’ai prêté le révélateur d’ondes, m’explique que deux coins seulement dans son logement restent “sains”. Autre part, ça oscille dans les valeurs les plus élevées.

Pour Vincent Joly, fondateur d’EPE conseil société spécialisée dans la détection des ondes qui vend cette télécommande, “on est aux prémisses d’une pollution récente qui n’est pas réglementée. Et dire cela à un industriel, c’est créer des soubresauts.” Sensible à l’environnement et professionnel de l’hôtellerie, Vincent Joly s’est avant tout interrogé sur l’impact du wi-fi dans les hôtels : cela ne gênerait-il pas le sommeil des clients ? C’est alors qu’il a creusé la question et décidé de s’y consacrer à temps plein.

Les boîtiers qu’il propose sont chers : entre 169 et 238 euros pièce, ils sont fabriqués en Europe et permettent de détecter pollutions filaires et sans fil. L’appareil étant réglé sur les normes suédoises de détection de rayonnements, il est plus sensible que d’autres outils du même type. “Mais doit-on s’aligner sur un seuil de détection moins stricte et être laxiste ? Il ne s’agit pas de faire peur, mais de proposer une prévention face à une pollution abstraite et invisible” rappelle Vincent Joly.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *